Conférence – “Marco Polo et la Route de la Soie”

Une conférence de Louis-Marie Blanchard

En 1271, Marco Polo a 17 ans, et il s’embarque avec son père Niccolo et son oncle Matteo, pour un long voyage à travers l’Asie : vingt-quatre ans de pérégrinations l’attendent, sur des routes qui le mèneront jusqu’en Chine.

Venise exerce alors un quasi monopole sur le commerce avec l’Orient. Le père et l’oncle de Marco se sont déjà rendus dans l’empire mongol quelques années auparavant, prolongeant, jusqu’en Chine, la route que les Vénitiens empruntaient pour commercer sur la Volga. Selon le récit de Marco Polo, Koubilaï Khan, empereur de Chine, les aurait chargés de transmettre au pape son vœu de recevoir des théologiens chrétiens. Deux ans plus tard, les frères Polo repartent pour un second voyage, en compagnie de Marco, et de deux missionnaires qui rebroussent chemin aux premières difficultés. Traversant la Perse, l’Afghanistan puis le Pamir, Niccolo, Matteo et Marco parviennent en un peu plus de trois ans à la cour de Koubilaï Khan, qui les gardera à son service pendant plus de quinze ans. Leur retour se fera d’abord par la mer : Sumatra, Ceylan, Zanzibar et le golfe Persique, puis par la terre, par Tabriz en Perse, Erzurum en Arménie, jusqu’au port de Trébizonde, sur la mer Noire. En 1295, les Polo sont de retour à Venise. En 1296, emprisonné lors d’un conflit qui oppose Venise et Gênes, Marco Polo en profite pour faire rédiger les souvenirs de cette épopée hors du commun par un codétenu, l’écrivain Rusticello de Pise.

Thématique de la conférence

Elise et Louis-Marie Blanchard ont écrit ensemble le livre “Marco Polo, l’incroyable voyage”, sur lequel s’appuie l’auteur pour sa conférence.

L’angle qu’ils proposent est de retracer, au plus près, le voyage de Marco polo, en mettant son itinéraire et ses descriptions, en perspective, par l’apport circonstancié de récits, souvent plus réalistes et plus précis, de grands voyageurs, missionnaires, commerçants, explorateurs, archéologues qui l’ont précédé ou suivi…

Chronologie du voyage

1260 : Premier voyage des frères Polo,
à la recherche de routes nouvelles vers l’Asie Centrale et la Chine

1262 : Séjour des Polo à Boukhara et Samarkand

« Arrivés en cette cité, les deux frères ne purent aller plus avant, ni retourner en arrière, à cause de la grande guerre contre les Tartares ; et pour cela demeurèrent à Bucara trois ans » 

Marco polo, à propos de l’arrivée des frères Polo à Boukhara

1264 : Départ des frères Polo pour la Chine

« Il avait très grande joie de leur venue, comme un qui n’a jamais vu aucun latin, puisque de son temps, les hommes du soleil couchant, n’avaient pas été dans son pays »

Marco Polo, à propos de l’entrevue des frères Polo, avec le Khan kubilaï

1269 : Retour des frères Polo à Venise :

Niccolo y retrouve sa femme et son fils Marco âgé de 15 ans.

1272 – le grand départ pour la Chine de Marco Polo

« Sachez que de l’Ayas au pays où le Grand Khan était, Ils peinèrent trois ans et demi, et ce fut à cause des très fortes neiges et des glaces et des pluies, de la mauvaiseté du temps qu’ils eurent, des grands froids et des grands fleuves » 

Marco polo, à propos des difficultés de leur grand voyage

L’itinéraire :

La première partie du voyage mène Marco polo de la Méditerranée au Pamir, « Toit du monde », par Tabriz en Perse et Balkh en Afghanistan, puis par le couloir de Wakhan, Marco atteint les oasis du Taklamakan : Yarkand, Khotan, le Lopnor et Dunhuang. Les Polo traversent ensuite le sud du Gobi, jusqu’au seuil de la Chine, pour gagner Ciandu (Kalgan), à la frontière de la Mongolie et de la Chine, et enfin Khanbaliq (Pékin), la nouvelle capitale de l’empire de Koubilaï…

«  Ce désert est si long, selon ce qu’on dit, qu’il faut un an pour le traverser, et en travers, un mois, là où il est le moins large. Dans sa longueur, il ne saurait être franchi, car on ne pourrait emporter assez de nourriture. Il est tout en montagnes et en plaines de sable et à travers ce désert, on doit aller un jour et une nuit, avant de trouver de l’eau à boire » 

Marco Polo, à propos du désert du Taklamakan

En 1905-1906, la campagne archéologique d’Aurel Stein dans les oasis du Taklamakan, révèle l’existence des fameux manuscrits de Dunhuang.

Aurel Stein a par ailleurs étudié avec précision le fonctionnement de la Grande Muraille de Chine, éclairant le récit confus de Marco Polo sur la grande muraille, confondu avec le mur d’Alexandre.

1273 : L’arrivée au Pays des Merveilles

1273-1274 : Séjour des Polo à Ganzhou,

lieu de séjour habituel des ambassades en attente d’une entrevue avec le souverain de l’Empire chinois.

1291 : le voyage maritime vers l’Inde et la Perse

« Et quand les nefs furent équipées, le Grand khan leur fit donner par des hommes de nombreux rubis et autres joyaux très beaux et de très grand prix, et aussi leurs dépenses pour deux ans. Ils prirent la mer et naviguèrent bien trois mois pleins, jusqu’à arriver à une grande île située vers le midi et qui a nom Java »
Marco Polo, à propos du voyage maritime de retour « Ils ont une grande quantité se soie, car ils ont des mûriers et des vers qui en produisent en grande abondance»

Marco polo, à propos du Cathay

1275 : Arrivée probable des Polo à la cour du Grand Khan Koubilaï

« Or il advint que Marco, fils de Messire Nicolas, apprit si bien les coutumes des tartares et leur langage et leurs lettres, que ce fut merveille » 

Marco Polo, à propos de son séjour en Chine

1277 – 1290 : les voyages de Marco Polo à l’intérieur de la Chine

1277 : Voyage et mission probable de Marco Polo au Sichuan et au Yunnan, régions récemment conquises par les Mongols

« Une grande rivière passe par le milieu de la cité, et l’on y porte bien des marchandises vers la cité de Cambaluc, car avec les nombreux canaux et fossés qu’ils ont faits, elle court tout droit vers cette cité »

Marco polo, à propos de la cité de Ganzhou

1280 – 1290 : Voyages probable de Marco Polo vers les grands ports de la Chine de l’Est,

qui assurent le commerce maritime de la Chine vers les Iles de la Sonde et les Indes

« Il y a beaucoup de grands navires qui vont et viennent de l’Inde, et d’autres pays étrangers, et qui en rapportent toutes sortes de marchandises »

Marco Polo, à propos des ports de Quinsay et Zaïton

1284 : Mission de Marco Polo à Ceylan

1285 -1288  : Missions de Marco Polo en Indochine

1291 : Les Polo parviennent enfin à quitter la Chine :

ils accompagnent la princesse Cocacin, destinée à épouser le khan mongol de Perse.

1291 : le voyage maritime vers l’Inde et la Perse

« Et quand les nefs furent équipées, le Grand khan leur fit donner par des hommes de nombreux rubis et autres joyaux très beaux et de très grand prix, et aussi leurs dépenses pour deux ans. Ils prirent la mer et naviguèrent bien trois mois pleins, jusqu’à arriver à une grande île située vers le midi et qui a nom Java »

Marco Polo, à propos du voyage maritime de retour

1295 : Le retour en Europe

Les Polo regagnent Venise par Constantinople et Négrepont

Un an plus tard, Marco Polo, peut-être dans l’espoir de récupérer tout ou partie des avoir perdus, lors de son retour de Chine, arme une galère dans le conflit qui oppose Venise à Gênes.

1296/98 : Marco Polo est fait prisonnier par les Génois au large du port arménien d’Ayas.

En prison, à Gênes, Marco fait la rencontre de Rusticello de Pise. Rusticello rédige le manuscrit du livre des Merveilles en langue d’oïl. Après leur déconvenue en Méditerranée et en Asie mineure, les Vénitiens s’orientent vers un commerce nordique, via les foires de Champagne.

1299 : Paix entre Gênes et Venise et libération de Marco Polo

En 1299, Marco Polo se marie, de cette union, naitront trois filles, et durant une vingtaine d’années, Marco polo mène une vie prospère de commerçant vénitien, il meurt en 1324, âgé de 69 ans.

1307 : La copie du livre de Marco Polo

En 1307, une copie du livre de Marco Polo est remise à Thibault de Cepoy, représentant de Charles de Vallois, frère du roi de France.

« N’y eut jamais aucun homme, ni Chrétien, ni Sarrazin, ni Tartare, ni Païen, qui ait jamais visité d’aussi vastes régions du monde que ne le fit Messire Marco, fils de Messire Niccolo Polo, noble et grand citoyen de la cité de Venise »

Marco Polo, “Le devisement du monde” ou “Livre des merveilles”.

Une conférence de :

Louis-Marie Blanchard

Infos pratiques
et conditions financières

Pour en savoir plus…

Dossier et conditions financières à télécharger ici au format PDF.