Expo – “Ella Maillart Sur les pistes d’Asie Centrale”

L’ambiance feutrée d’une yourte et d’une Maison de Thé,  avec film et projections numériques …
Films, Photographies, Musique, Livres, Collections 

L’exposition

Cette exposition propose, à travers :
des panneaux d’information,
du mobilier (yourte, maison de thé…),
des objets
et des photos,
de s’immerger dans l’Asie Centrale de Ella Maillart.

Installation

L’ensemble de l’exposition s’organise sur espace scénique de 60 à 120 mètres carrés avec tapis de 30m2 (6 m x 5 m) et yourte de 30m2 en option.
Elle est modulable en fonction du budget, de la surface disponible, des conditions d’installation et de la durée de la manifestation (nous consulter).

Elle comprend :

  • Une maison de thé d’Asie centrale avec tables basses et coussins
  • Des textes et des photographies d’Ella Maillart
  • Un écran numérique HD 70 cm x 50 cm diffusant, en permanence, photos et film (DVD) sur la thématique de l’exposition 
  • 30 photographies encadrées format 70×50 et 60×40 cm
  • Collection d’objets traditionnels Tadjiks et Kirghizes : Costumes, Bijoux, Tentures, Campement 
  • Collection complète des livres d’Ella Maillart, éditions originales d’époque
  • Visite commentée de l’exposition, film et conférence débat 

En option suivant espace disponible :

  • Yourte de 30 mètres carrés, Diamètre 6m, Hauteur 3m 

Thématiques

Les panneaux d’interprétation ainsi que la visite commentée permettent d’aborder les thématiques suivantes :

  • Les premières années : Ski, Voile, Hockey 
  • En Russie, de Moscou au Caucase : Parmi la jeunesse russe 
  • Des monts célestes aux sables rouges, 1932 
  • Oasis interdites, 1934 
  • Chandolin : « Un point d’ancrage » 
  • Des Tian-Shan à Khiva, Samarkand et Boukhara 
  • Kashgar, porte des Hautes vallées du Pamir 
  • Le Pamir Chinois : Muztagh-Ata et Kongur 
  • Le Pamir Alaï et les Monts Célestes 
  • Le couloir de Wakhan 

Les premières années : Ski, Voile, Hockey

Infatigable dès son plus jeune âge, Ella Maillart commence par explorer le lac Léman, près duquel demeurent ses parents. Elle pratique le ski et la régate, pour laquelle elle représente la Suisse aux jeux olympiques de Paris. Assez vite, elle abandonne ses études :

« Il y avait tant de choses qu’il me semblait urgent de savoir et de comprendre qu’une vie entière semblait trop courte pour pouvoir y parvenir. »

Avec son amie Hermine de Saussure, surnommée « Miette » elle s’embarque pour la Méditerranée et met le cap sur la Corse. Ses parents, qui « pensent qu’elle veut faire de sa vie un loisir ininterrompu », lui enjoignent de penser à l’avenir, et elle participe un temps au commerce de fourrures de son père, puis donne des cours de français en Angleterre. En même temps, elle prépare son brevet de capitaine. Elle trouve à s’employer comme matelot sur un yacht dans l‘Atlantique, puis achète un vieux yawl avec son amie Miette et part pour la Grèce. Elle créée une équipe féminine de hockey sur gazon, et trouve un emploi de dactylo à Paris. En Allemagne, où elle décroche quelques rôles de figuration dans un studio de cinéma, elle rencontre des immigrés russes qui aiguisent sa curiosité

« Il semblait bien qu’à l’est quelque chose de neuf fut en train de surgir, encore qu’il y eut sur la valeur de l’expérience des divergences d’opinion. » 

En Russie, de Moscou au Caucase : Parmi la jeunesse russe 

En 1930, Ella Maillart parvient à se procurer un visa pour la Russie. La femme de Jack London lui fournit l’argent nécessaire à son voyage, et pour se donner un but, elle décide alors d’écrire un livre sur le cinéma russe. Au cours de son séjour à Moscou, elle rencontre « des cinéastes de retour du Kamchatka glacé, du Turkestan torride, de la Mongolie balayée par les vents ou de la Sibérie boisée. » Au bout de quelques mois, elle s’avoue fatiguée de l’agitation moscovite, et décide de partir avec un petit groupe pour les hautes vallées reculées du Caucase : 

« Les montagnes m’attirent. Il suffit que je pense à elles pour que l’odeur des sapins semble tenter mes narines, pour que mes yeux désirent un sommet blanc d’où la neige s’élève en tourbillons étincelants, que mes oreilles croient entendre la rumeur du torrent et que mes poumons se dilatent de joie » 

A son retour elle publie, en 1932, son premier récit de voyage : « Parmi la Jeunesse russe »

« Toute la Russie me semble à portée de main, ainsi que son immense arrière-pays asiatique » 

Des monts célestes aux sables rouges, 1932 

En 1932, Ella Maillart se rend dans l’ancien Turkestan ; elle part à ses risques et périls, et ne dispose d’aucune autorisation officielle. Elle traverse alors pratiquement tout le Turkestan soviétique, des steppes kirghizes aux Tian Shan, évitant les lieux habités pour échapper au contrôle des papiers, et voyageant à pied dans les hautes vallées. 

« La première année que je passe sur la terre aride d’Asie est inoubliable : enfin mon regard rencontre le dôme interrompu du ciel ; enfin, le vent qui souffle est semblable à un élément puissant et primordial, et balaie, dans sa course, tout un continent : mon être est pénétré par cette sensation nouvelle d’immensité. » 

« J’appris aussi à dormir n’importe où, dans des halls de gare encombrés de bagages, dans des caravansérails, sur les berges des rivières, au milieu d’un désert de neige, ou parmi des gens de toutes sortes ». 

Oasis interdites, 1934 

En 1934, elle est envoyée par le « Petit Parisien » en Mandchourie, et l’année suivante, avec Peter Fleming, correspondant au Times, elle met en oeuvre son projet de traverser la Chine occidentale, le Xinjiang et la chaîne du Karakorum pour entrer en Inde.

A son retour, son récit « oasis interdites » connaîtra un succès immédiat.

De son côté, son coéquipier Peter Fleming fera un excellent récit de leur voyage intitulé « Courrier de Tartarie » 

« Comme un morceau de choix pour le dessert, la dernière étape de notre voyage promettait d’être merveilleuse. Nous allions escalader les Pamir, entrer aux Indes par le haut col de Mintaka, longer la chaîne du Karakorum et franchir l’Himalaya pour arriver à la province du Cachemire. Quarante jours de voyage, si tout allait bien… » 

« Alors, nous nous mîmes en marche vers les grandes solitudes de l’Asie […] libérée des entraves créées par les hommes, la vie que j’aimais s’ouvrait devant moi. […] J’aurais aimé que ce voyage dure autant que ma vie ». 

Chandolin : « Un point d’ancrage » 

A partir de 1948, de retour en Suisse, Ella Maillart habite Chandolin, un très joli village montagnard du Val d’Anniviers, où elle s’est fait construire un chalet :

« Je rentrais des Indes. Je voulais revenir en Europe. A Chandolin, je me sentais près de Dieu » 

De 1956 à 1987, elle devient guide culturel, faisant découvrir divers pays d’Asie à de petits groupes de voyageurs. Elle termine paisiblement sa vie en 1997, à l’âge de 94 ans, accompagnée par Anne Deriaz, qui a publié un précieux témoignage sur les deux dernières années de sa vie, intitulé : « Chère Ella, Elégie pour Ella Maillart ».

Les manuscrits d’Ella Maillart sont conservés à la Bibliothèque de Genève, tandis que ses photographies et ses films se trouvent au Musée de l’Elysée et à la Cinémathèque de Lausanne. 

« Seul l’instant présent est réel, puissant. On devient ce que l’on pense : l’énergie suit la pensée. Le passé est mort, ou sert à préparer l’avenir ? » 

« Soleil, soleil, merci d’être là. N’oublie pas ta fille Ella, qui a tant besoin de toi » 

« J’ai dit tout ce que j’avais à dire. Je n’ai plus rien à dire… Maintenant je veux me taire » 

L’exposition en images

Infos pratiques
et conditions financières

Conditions financières

Pour l’ensemble : Exposition et Conférence : 1500 euros 
Avec yourte 30m2 : 2500 euros 

Frais de transport à la charge du commanditaire 
TVA non applicable, régime de la micro-entreprise
Prévoir : 1 journée d’installation par nos soins
 

Dossier et conditions financières à télécharger ici au format PDF.

Pour étudier votre projet, prenez contact avec nous via le formulaire ci-dessous :

Réalisé et accompagné par :

Louis-Marie Blanchard

Vous aussi, ajoutez votre commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.